Les meilleurs aliments pour soulager les symptĂŽmes de l’endomĂ©triose

7 Juil 2023

L’endomĂ©triose est une maladie qui peut toucher les femmes en Ăąge de procrĂ©er. Elle se manifeste par un dĂ©veloppement anarchique de l’endomĂštre, la muqueuse qui tapisse l’intĂ©rieur de l’utĂ©rus. Cet endomĂštre se dĂ©veloppe en dehors de l’utĂ©rus et peut envahir certains organes comme les ovaires, la vessie, les intestins, voire les poumons. L’endomĂ©triose provoque souvent une inflammation importante qui peut devenir chronique. Mais comment mieux la vivre au quotidien ? Comment en soulager les symptĂŽmes ? Je vous parle dans cet article du lien Ă©troit qui existe entre alimentation et endomĂ©triose. En effet, l’alimentation anti inflammatoire peut ĂȘtre d’un grand secours pour limiter l’inflammation provoquĂ©e par l’endomĂ©triose. Zoom sur les aliments Ă  privilĂ©gier pour apaiser votre corps et mieux vivre avec votre endo.

1. Vos meilleurs amis : les fruits et les légumes

Vous vous en doutez, les fruits et les lĂ©gumes sont Ă  privilĂ©gier. Aliments sains par excellence, ils sont tout indiquĂ©s dans le cas de l’endomĂ©triose. Riches en fibres, ils contribuent Ă  faire diminuer le taux d’ƓstrogĂšne dans le sang, hormone impliquĂ©e dans l’endomĂ©triose. Consommez-les bios autant que possible, car les perturbateurs endocriniens prĂ©sents dans les pesticides favorisent le dĂ©veloppement de la maladie. Attention toutefois au pamplemousse qui a Ă©galement tendance Ă  faire augmenter le taux d’ƓstrogĂšne dans le sang.

zoom sur des légumes verts à feuilles - alimentation endométriose
image libre de droits

Concernant les lĂ©gumes, ils peuvent ĂȘtre consommĂ©s crus ou cuits. Crus, ils vous permettront de profiter de tous les micronutriments qu’ils contiennent, mais seront plus difficiles Ă  digĂ©rer. Les femmes aux intestins sensibles pourraient mal les tolĂ©rer. Cuits, ils seront plus facilement assimilĂ©s, mais leur intĂ©rĂȘt nutritif sera un peu moindre. À vous de composer en fonction de votre sensibilitĂ© et de vos prĂ©fĂ©rences.

2. Les aliments riches en oméga-3

Les omĂ©ga-3 ont un rĂŽle protecteur contre l’endomĂ©triose puisqu’ils permettent de rĂ©duire l’inflammation. Ils sont prĂ©sents notamment dans les poissons gras, certaines huiles vĂ©gĂ©tales, mais aussi les Ɠufs. Pour ces derniers, c’est uniquement vrai s’ils proviennent de poules nourries aux graines de lin ou avec un mĂ©lange de cĂ©rĂ©ales qui en contient. Dans votre magasin, cherchez les boites avec le label Bleu-Blanc-CƓur, pour les trouver.

Pour les poissons gras, privilĂ©giez les petits poissons comme les sardines et les maquereaux. Ils contiennent moins de mĂ©taux lourds, qui ont tendance Ă  ĂȘtre trĂšs prĂ©sents dans les poissons plus gros. Limitez la consommation de poissons gras Ă  deux fois par semaine. Vous limitez ainsi l’impact de ces mĂ©taux lourds et couvrez les besoins hebdomadaires en omĂ©ga-3.

3. Alimentation et endométriose : les légumineuses

Souvent opposĂ©es aux cĂ©rĂ©ales, les lĂ©gumineuses sont pourtant plus intĂ©ressantes sur le plan nutritif et en cas d’endomĂ©triose. Les lĂ©gumineuses les plus intĂ©ressantes sont :

  • Les fĂšves.
  • Les pois chiches.
  • Les lentilles (sous toutes leurs formes).
  • Les pois cassĂ©s.
  • Etc.

Les lĂ©gumineuses sont riches en protĂ©ines, en fibres, en prĂ©biotiques excellents pour la flore intestinale et jouissent d’un index glycĂ©mique bas. De vĂ©ritables miracles de la nature. Il semblerait que le haricot magique du fameux Jack ne soit pas exceptionnel que par sa taille, mais aussi pour ses qualitĂ©s nutritives.

des pois chiches secs - alimentation endométriose
image libre de droits

Attention toutefois Ă  certaines lĂ©gumineuses riches en FODMAP (lentilles vertes, flageolets, haricots rouges, noirs et blancs, pois gourmands, etc.). Elles peuvent ĂȘtre mal absorbĂ©es par l’intestin et ainsi favoriser l’inflammation. Notez que nous rĂ©agissons toutes Ă  notre maniĂšre aux diffĂ©rentes familles de FODMAP. Ce qui ne me fait rien peut provoquer une vive inflammation chez vous, et inversement. C’est Ă  chacune de voir ce qui lui convient ou non, d’écarter les lĂ©gumineuses qui « passent mal » ou d’en limiter la consommation en fonction de votre tolĂ©rance. Une cuillĂšre Ă  soupe de choucroute sera tolĂ©rĂ©e par certaines quand d’autres ne la digĂšreront pas du tout, par exemple.

4. Les oléagineux

Les olĂ©agineux sont les fruits Ă  coque. Riches en lipides ils sont aussi source de fibres et de protĂ©ines. Ils contiennent des omĂ©ga-3, qui aident Ă  limiter l’inflammation, ainsi que des omĂ©ga-6. Il est recommandĂ© de consommer un omĂ©ga-3 pour cinq omĂ©ga-6. Mauvaise nouvelle, nous sommes loin du compte puisque nous sommes plutĂŽt autour d’un rapport 1/10. En gros, nous consommons trop d’omĂ©ga-6 ou pas assez d’omĂ©ga-3. Seconde mauvais nouvelle, la plupart des olĂ©agineux contiennent plus d’omĂ©ga-6 que d’omĂ©ga-3. Il faudrait donc s’en passer malgrĂ© toutes les bonnes choses qu’ils contiennent ?

Bien sĂ»r que non, car certains olĂ©agineux sont plus riches en omĂ©ga-3. Tout le monde suit ? L’idĂ©e est donc d’associer des olĂ©agineux riches en omĂ©ga-3, Ă  d’autres, riches en omĂ©ga-6 :

Oléagineux riches en oméga-3 :

  • Graines de chia.
  • Graines de lin.
  • Graines de chanvre qui ont un rapport omĂ©ga-3 / 6 correct.
  • Noix de Grenoble qui frĂŽle la perfection en terme de rapport omĂ©ga-3 / 6.

OlĂ©agineux riches en omĂ©ga-6 :

  • Amandes.
  • Noix de cajou.
  • Graines de sĂ©same.
  • Noix du BrĂ©sil.
  • Noix de Macadamia.
  • Noix de pĂ©can.
  • Graines de tournesol.
  • Graines de courges.

5. Les céréales sans gluten

Les cĂ©rĂ©ales sont un apport en Ă©nergie non nĂ©gligeable et sont Ă  ce titre importantes. Elles n’ont pas de vertu anti inflammatoires remarquables et ce serait mĂȘme le contraire pour les cĂ©rĂ©ales qui contiennent du gluten. En effet, ce dernier, une fois dans les intestins, se comporte comme une colle, une espĂšce de pĂąte Ă©paisse qui va tout encrasser. Pire, le gluten peut mĂȘme ĂȘtre responsable de porositĂ© intestinale, cause de l’inflammation chronique de l’intestin. Les cĂ©rĂ©ales qui en contiennent sont donc Ă  Ă©viter, d’autant plus que les industriels les utilisent souvent pour confectionner des produits bien trop sucrĂ©s.

des pancakes de sarrasin - alimentation endométriose
image libre de droits

Pour profiter des bienfaits des cĂ©rĂ©ales il est prĂ©fĂ©rable de se tourner vers le quinoa, le millet, le riz ou le sarrasin. Notez que les cĂ©rĂ©ales sont riches en fer, ce qui fait d’elles de prĂ©cieuses alliĂ©es pour les femmes atteintes d’endomĂ©triose qui peuvent justement manquer de fer.

6. Les Ă©pices anti inflammatoires

Les Ă©pices sont trĂšs intĂ©ressantes pour les femmes qui souffrent d’endomĂ©triose. Elles ne sont toutefois pas toutes recommandĂ©es. Les Ă©pices fortes, comme le piment ou toute Ă©pice qui vous emporte la bouche sont trĂšs inflammatoires. Elles ont mĂȘme tendance Ă  favoriser la porositĂ© intestinale, Ă  la maniĂšre du gluten. Essayez donc de les Ă©viter au maximum et prĂ©fĂ©rez-leur des Ă©pices anti inflammatoires.

La star de la catĂ©gorie est sons contexte le curcuma. Il a un fort pouvoir dĂ©toxifiant et anti inflammatoire et permet de nettoyer le foie en entraĂźnant la production de bile. La consĂ©quence est l’élimination de l’excĂšs d’ƓstrogĂšne en cause dans le dĂ©veloppement anarchique de l’endomĂštre. Ah oui, il attĂ©nue Ă©galement les douleurs et permet de rĂ©duire les lĂ©sions endomĂ©triales. À ce niveau, c’est presque de la magie.

Mention spéciale pour la cannelle qui est également anti oxydante, anti inflammatoire et permet de réduire les nausées et les douleurs pendant les rÚgles.

7. Alimentation et endométriose : les bonnes huiles

Nous avons vu un peu plus haut que certaines huiles sont riches en omĂ©ga-3 et donc intĂ©ressantes en cas d’endomĂ©triose. Mais ce seul critĂšre ne suffit pas Ă  faire d’une huile une bonne huile. PrĂ©fĂ©rez des huiles insaturĂ©es, pressĂ©es Ă  froid et bio, autant que possible. Les meilleures huiles dans le cadre d’une alimentation anti inflammatoire sont les suivantes :

  • L’huile de noix.
  • L’huile de colza.
  • L’huile de lin.
  • L’huile d’olive.
  • L’huile de sĂ©same.
  • L’huile de cameline.
zoome sur les branches d'un olivier - alimentation endométriose
image libre de droits

8. Le thé vert

Lorsqu’on parle d’alimentation et d’endomĂ©triose, il ne faut pas oublier d’évoquer les boissons. Oubliez votre cafĂ© et convertissez-vous au thĂ© vert. Il est excellent pour lutter contre l’inflammation provoquĂ©e par l’endomĂ©triose. Il contient un cocktail de 6 vitamines (A, B, C, E, K, P) qui permettent de lutter contre la fatigue qui touche souvent les femmes qui ont de l’endomĂ©triose. Le thĂ© vert est Ă©galement anti inflammatoire et anti oxydant. Il contient en effet de la catĂ©chine qui est un polyphĂ©nol aux vertus anti inflammatoire, anti ulcĂ©reuses, anti arthritiques, immunostimulantes, etc. Si vous ĂȘtes « thĂ©butant », tournez-vous vers le thĂ© Matcha, il est le plus anti oxydant de tous. Notez que le chocolat noir contient aussi de la catĂ©chine en quantitĂ© alors pourquoi ne pas boire votre thĂ© vert avec un carrĂ© de chocolat noir ?

9. L’achillĂ©e millefeuille

L’achillĂ©e millefeuille est une plante comestible utilisĂ©e en mĂ©decine traditionnelle depuis plus de 3000 ans. Elle permet de traiter les problĂšmes digestifs et les douleurs liĂ©es aux menstruations. Elle est donc toute indiquĂ©e en cas d’endomĂ©triose. L’achillĂ©e soulage en effet l’inflammation et permet d’équilibrer le cycle hormonal. Elle est donc idĂ©ale en cas de cycles irrĂ©guliers. Cette plante est Ă  consommer sous forme d’infusions. Il est possible d’en boire quotidiennement, mais un naturopathe pourra vous conseiller plus prĂ©cisĂ©ment sur la posologie Ă  respecter. En effet, l’achillĂ©e peut ĂȘtre la cause de rĂšgles plus abondantes chez certaines femmes.

un brin d'achillée millefeuille - alimentation endométriose
image libre de droits

10. Alimentation et endométriose : les produits laitiers

Rien n’est jamais simple avec les produits laitiers. Que le lactose soit en cause, ou la casĂ©ine, nous ne sommes pas toutes Ă©gales pour ce qui est de digĂ©rer le lait. Inflammatoire pour certaines, il ne le sera pas pour d’autres. Il faut cependant garder Ă  l’esprit qu’il s’agit d’un produit d’origine animale. Sa qualitĂ© dĂ©pend donc de la façon dont les bĂȘtes sont Ă©levĂ©es et nourries. C’est surtout la prĂ©sence d’hormones qui pose problĂšme. Pour ces raisons beaucoup de personnes essaient d’en limiter la consommation. Les laits de chĂšvre ou de brebis sont parfois prĂ©fĂ©rĂ©s par les consommateurs, Ă  juste titre. ComposĂ©s d’une casĂ©ine moins complexe, ils sont plus digestes et les ovins et les caprins ne sont pas exposĂ©s Ă  autant de produits chimiques que les bovins. Notez Ă©galement que le lait animal ne nous apporte rien qu’on ne puisse retrouver ailleurs dans l’alimentation. Ne craignez pas d’ĂȘtre carencĂ© en Ă©cartant cet aliment. Il s’agira juste d’adapter votre alimentation.

Enfin, certaines Ă©tudes Ă©voqueraient le fait que la consommation de produits laitiers permettrait de diminuer le risque d’avoir de l’endomĂ©triose. Attention Ă  ne pas faire de confusion, ces Ă©tudes ne parlent pas de l’impact des produits laitiers en cas d’endomĂ©triose, mais bien de leur impact sur les probabilitĂ©s de contracter la maladie. Une information Ă  prendre avec des pincettes en attendant que la question soit plus largement Ă©tudiĂ©e.

Avec ce top 10 des aliments Ă  consommer en cas d’endomĂ©triose, j’espĂšre vous avoir convaincu du lien qui existe entre alimentation et endomĂ©triose. Il faut Ă©galement bien comprendre que chaque femme vit la maladie diffĂ©remment et que tout ce qui est dit ici n’est pas vrai pour tout le monde. Il faut ĂȘtre Ă  l’écoute de son corps pour comprendre ce qui nous fait du bien ou au contraire nous fait du mal. En parallĂšle de la consommation des aliments Ă©voquĂ©s, l’idĂ©al est de limiter ceux qui sont inflammatoire. Je vous laisse avec un article qui liste les aliments inflammatoires qui doivent ĂȘtre consommĂ©s avec modĂ©ration (mĂȘme si certains sont trĂšs bons ;)).

Les derniers articles qui pourraient vous intĂ©resser 🙂 

Madame Shiitake

Et bonjour !

Je m’appelle Laura.

Vous trouverez ici des recettes pour tous les goûts et pour toutes les envies.
La particularité de mes recettes, la plupart sont sans gluten, sans lactose, ou les deux, mais toujours avec beaucoup de gourmandise !

À propos >

CREDITS

© L’ensemble des recettes, textes, photographies de ce site sont ma propriĂ©tĂ© exclusive (sauf mention contraire explicite).

Tous ces Ă©lĂ©ments sont protĂ©gĂ©s par les lois relatives aux droits d’auteurs et Ă  la propriĂ©tĂ© intellectuelle.

Sans autorisation écrite préalable, il est strictement interdit, de copier, reproduire ou redistribuer, tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit.

Catégories

Archives

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!