Liste des aliments inflammatoires à consommer avec modération

22 Avr 2023

L’alimentation anti inflammatoire permet d’aider son corps à mieux supporter ce que nous mangeons. Il faut dire qu’avec nos régimes alimentaires actuels, nous ne lui facilitons pas la tâche. Il a fort à faire pour digérer les produits transformés hyper sucrés, salés et gras que nous lui donnons. Et je ne parle pas des pesticides et autres produits chimiques que l’on retrouve en grande quantité dans notre alimentation. Pour une alimentation anti inflammatoire efficace il convient de limiter fortement les aliments inflammatoires pour les remplacer par des aliments anti inflammatoires. Vous ne savez pas quels sont les aliments inflammatoires ? Dans cet article je vous liste ceux qu’il faut éviter pour manger plus sainement. Notez que si certaines personnes peuvent se permettre de limiter leur consommation de certains aliments, d’autres devront s’en passer complètement. C’est à vous de juger, en fonction de vos intolérances ou allergies.

1. Un aliment inflammatoire bien connu : le lait de vache

Le lait de vache, tout un programme, certains seront déçus de l’apprendre, mais le lait de vache est inflammatoire, voire très inflammatoire pour certains. Les raisons sont nombreuses et je vais mettre les pieds dans le plat directement : nous ne sommes pas des veaux. Les mammifères produisent du lait pour nourrir leurs bambins et ce lait est adapté à leurs besoins. Or, nous n’avons pas les mêmes besoins que les veaux ni les mêmes facilités pour digérer le lait de vache. Le lactose contenu dans le lait de vache est ainsi très difficile à digérer pour nous. Il est également indigeste du fait de sa forte teneur en graisses saturées, les mêmes que l’on retrouve dans la viande.

céréales industrielles dans un bol de lait, des aliments inflammatoires
image libre de droits

Le lait, consommé en trop grande quantité, peut aussi être responsable de la dégradation des parois intestinales et de leur perméabilité. La protéine du lait, la caséine, agit comme une colle dans nos intestins qu’elle encrasse, il est difficile de l’éliminer et notre corps produit une réaction inflammatoire pour y parvenir. Le lait de vache contient beaucoup plus de caséine que le lait maternel et c’est une caséine plus dure à digérer.  Notez que le lait de vache acheté en supermarché est issu de lait de centaines voire de milliers de vaches différentes. Une sorte de bouillon de culture qui fait littéralement dérailler notre organisme qui ne sait pas gérer. Nous sommes bien loin du lait que nos grands-parents consommaient. Je ne vous parle même pas des antibiotiques, des pesticides, des hormones de croissance, des herbicides et autres produits néfastes que l’on retrouve dans le lait. Si vous ne voulez pas vous passer de lait, privilégiez le lait bio pour éviter au maximum de consommer ces produits qui affaiblissent le système immunitaire et endommagent la flore intestinale.

2. Le steak haché de bœuf

Le steak haché de bœuf est une des viandes les plus consommées par les français. Il ne s’agit pourtant pas d’une viande de très bonne qualité. Si le steak haché est autant consommé, c’est qu’il est facile à préparer. Le meilleur ami des personnes qui n’ont pas le temps de cuisiner ou qui ne savent pas cuisiner. Incontournable des tables familiales, il a aussi l’avantage de se consommer de multiples façons. Bleu, très cuit ou dans un burger, tout le monde y trouve son compte.

Le steak haché de bœuf représente ici la catégorie des viandes rouges en général. Il s’agit d’aliments qui ont des qualités intéressantes puisqu’ils sont riches en fer et en protéines. Seulement, la viande rouge est aussi un aliment inflammatoire, notamment si elle est mangée en trop grande quantité. L’idéal est d’en manger une fois par semaine, pour bénéficier de ses bienfaits, tout en limitant ses mauvais côtés. La viande rouge est en effet difficile à digérer. Elle est donc souvent mal assimilée par notre organisme et peut fermenter dans nos intestins. La viande rouge est également riche en graisses saturées et nous avons vu qu’elles sont vectrices de problèmes digestifs. Comme pour beaucoup de produits industriels, les steaks hachés de bœuf sont régulièrement au cœur de scandales de contamination à grande échelle par Escherichia Coli. Cette bactérie peut être responsable de graves problèmes digestifs, d’infections ou de pathologies plus graves encore. Les joies de l’industrie agroalimentaire. Tout comme pour le lait de vache, la viande rouge peut contenir de nombreux produits chimiques impropres à la consommation. Si l’UE réglemente leur utilisation, cette réglementation est trop laxiste et ne protège pas le consommateur des viandes importées d‘en dehors de l’UE. Encore une fois privilégiez le bio si vous le pouvez.

3. Les frites font-elles partie des aliments inflammatoires à éviter ?

C’est tout un monde qui va s’effondrer pour certains, mais oui, les frites sont inflammatoires… Une minute de silence pour tous ceux qui viennent de prendre cette terrible affirmation de plein fouet. Mais ne proclamez pas trop vite que votre vie est foutue, vous n’êtes pas obligé de bannir les frites de votre alimentation. Comme pour le reste, c’est l’équilibre qui est important. Je parle ici des frites, mais j’englobe en réalité tous les aliments frits dans cette catégorie. Le problème ne vient pas tant de l’aliment en lui-même, mais bien de la friture. Ce mode de cuisson, s’il permet un craquant et une gourmandise incomparables, est aussi un apport important en graisses.

un cornet de frite et une bière - aliments inflammatoire
image libre de droits

La consommation excessive d’aliments frits peut entraîner une augmentation significative des risques de contracter certaines maladies comme le diabète de type 2, l’obésité ou les maladies cardiovasculaires. Les risques d’hypertension sont également importants. La consommation trop fréquente de friture entraîne des réactions inflammatoires dans notre organisme. L’huile de friture peut y être pour quelque chose, c’est pourquoi il faut bien la choisir. En effet, certaines huiles de friture sont à éviter, c’est le cas des huiles qui contiennent des acides gras polyinsaturés en trop grandes quantités, qui ne supportent pas les hautes températures. Pour que votre friture soit moins nocive, préférez les huiles qui supportent la chaleur sans se dégrader. L’huile d’arachides en est un bon exemple. Pour parler plus particulièrement des frites, il faut comprendre que la pomme de terre a un indice glycémique moyen, qui augmente avec la cuisson. Coupées en bâtonnets et passées à la friteuse, leur indice glycémique explose. Pour toutes ces raisons, les frites sont inflammatoires et à manger avec modération.

4. Les produits industriels transformés, les stars des aliments inflammatoires à éviter

Inutile de vous faire un dessin, les produits ultra transformés proposés par l’industrie agroalimentaire sont ce qui se fait de pire en termes d’inflammation. Il s’agit de produits qui sont souvent « trop », trop sucrés, trop salés, trop gras, trop bizarres (des crabes en forme de bâtonnets, vraiment ?). Il existe plusieurs façons de savoir si un produit industriel est inflammatoire :

  • Plus sa forme est éloignée de celle des produits qu’il contient, plus les chances qu’il soit inflammatoire sont importantes. Les nuggets par exemples sont des produits ultra transformés qui sont bien loin du poulet dont ils sont composés. Il est d’ailleurs difficile de s’imaginer qu’ils sont fait avec du poulet lorsqu’on les voit. Ils sont en réalité le fruit de nombreux traitements successifs qui nous éloignent à chaque fois du produit de base qu’est la volaille.
  • Plus la liste des ingrédients est longue sur un produit, plus il est transformé et donc composé d’ingrédients potentiellement inflammatoires. Jetez un œil à l’étiquette de ces donuts au glaçage fluorescent, il vous faudra un moment avant d’arriver au bout de la longue liste des ingrédients. Et puis c’est écrit tout petit.
  • Plus les ingrédients ont des noms compliqués, plus vous devrez vous méfier. Aucun aliment avec un nom à 25 lettres et beaucoup trop de consonnes ne pousse ni ne vit dans la nature. Autant s’en passer, il s’agit de produits de synthèse dont le seul but est de faire des économies sur les coûts de production.
  • De manière générale, méfiez-vous des packagings aux graphismes tapageurs et aux couleurs trop criardes pour être honnêtes. Ils cachent souvent des produits qui nous font plus de mal que de bien.
trois tartelettes industrielles aux fruits, des aliments inflammatoires
image libre de droits

5. Le jambon industriel au cœur de la tourmente

Le jambon que nous achetons en supermarché est rose, il est peu cher et se conserve facilement. Toutes ces qualités en font un produit apprécié des consommateurs. Il est même un produit de base de nombreux plats bien typiques de chez nous. La crêpe complète ne pourrait se passer de lui, les endives au jambon non plus et le célébrissime sandwich jambon beurre ne serait qu’un… sandwich beurre. Bref, en France, le jambon c’est culturel. Le problème, c’est que le jambon industriel est de plus en plus décrié. Il est composé de nitrites ajoutés qui lui donnent sa belle couleur rose et facilitent sa conservation. Ils abaissent également les coûts de production et donc de vente, c’est leur principal intérêt. Ok Super.

Oui, mais non, car on sait aujourd’hui que ces nitrites sont responsables d’une augmentation significative du risque de cancer colorectal. L’inflammation ultime quoi. Le problème c’est que les industriels ne sont pas motivés à l’idée de se passer du nitrite. Ils connaissent bien sûr son implication sur la santé de leurs clients. Quelques marques proposent cependant du jambon sans nitrites, sa couleur tire vers le gris, il se conserve moins longtemps et il est plus cher. J’ai fait le choix de ne plus acheter de jambon aux nitrites pour ces raisons. J’en mange un peu moins souvent, mais je sais que je ne me fais pas de mal. Tout est une question de sens des priorités. Notez que l’usage du nitrite n’est pas interdit dans le jambon bio, ses quantités sont simplement limitées.

6. Les sodas, de l’inflammation à boire

deux verres de soda, pour une alimentation inflammatoire réussie
image libre de droits

Autres stars des rayons de nos supermarchés, les sodas sont des potions aux propriétés inflammatoires puissantes. Ils sont trop sucrés et nous avons tous déjà vu ces démonstrations dont le but est de mettre à côté d’une cannette le nombre de morceaux de sucre qu’elle contient. Des vidéos qui permettent de prendre conscience des quantités de sucre ingurgitées à chaque gorgée. S’il est très présent dans les sodas, le sucre l’est dans notre alimentation en général. Si on ne fait pas attention à ce que l’on mange, c’est le début des ennuis. Mêmes les plats cuisinés salés en contiennent. Et pour cause, le sucre crée une dépendance dont il est difficile de se défaire, pas étonnant donc que les industriels en mettent partout. Une sorte de fidélisation du client à son insu.

Le problème principal du sucre c’est qu’en en mangeant trop vous donnez aussi à manger aux mauvaises bactéries de votre intestin. Le sucre est leur plat préféré et elles profitent de ce banquet à volonté pour se reproduire et prendre la place des bonnes bactéries. Cela provoque des réactions inflammatoires dans vos intestins qui peuvent s’avérer douloureuses. Avec le temps, l’inflammation peut devenir chronique et le risque augmente de contracter des maladies inflammatoires de l’intestin. Ces dernières sont bien plus dures à gérer qu’en faisant simplement attention à son alimentation. Avant que ces maladies ne surviennent, il est tout à fait possible de rééquilibrer sa flore intestinale. Diminuer drastiquement sa consommation de sodas et de sucre est une des solutions.

7. Le pain de mie blanc, un aliment inflammatoire à éviter

Le pain de mie blanc fait partie des aliments qu’il est tout à fait possible de bannir de son alimentation. Il n’apporte rien d’intéressant qu’on ne puisse retrouver ailleurs. C’est simple, il fait la somme de tous les problèmes que nous avons déjà abordé :

  • Il est très sucré, propriété dont on peut se passer tant notre alimentation est aujourd’hui trop sucrée.
  • Il fait partie des produits ultra transformés pauvres en nutriments.
  • Il est composé de nombreux agents de textures, additifs et émulsifiants qui sont délétères pour notre organisme et favorisent l’inflammation des intestins.
  • Il est plus pauvre en fibres que d’autres pains.

Le pain de mie blanc réussit l’exploit de vous faire manger du pain sans profiter des bienfaits du pain tout en souffrant des inconvénients de la nourriture industrielle. Derrière la question de ce pain de mie blanc se cache aussi celle du gluten et des farines raffinées en général. Mon conseil, passez votre chemin et tournez-vous plutôt vers des pains aux céréales, des pains au levain ou au levain sans gluten. Ces derniers sont plus faciles à digérer et bien plus intéressants sur le plan nutritif.

deux mains qui découpent une tranche de pain de mie blanc, l'aliment inflammatoire par excellence
image libre de droits

8. La charcuterie, un aliment inflammatoire trop salé

Comme le pain de mie blanc, la charcuterie se paie le luxe de jouer sur plusieurs tableaux. Elle est à la fois trop grasse et trop salée. Un cocktail gagnant qui favorise l’inflammation de nos intestins qui n’en demandaient pas tant. Nous avons évoqué plus haut quels étaient les risques de manger trop gras, mais un excès de sel est tout aussi problématique. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise une consommation de six grammes de sel par jour. Dans les faits, nous en consommons deux fois plus et la liste des potentiels désagréments causés est longue :

  • hypertension artérielle ;
  • insuffisance rénale ;
  • insuffisance cardiaque ;
  • rétention d’eau ;
  • augmentation du risque d’œdèmes ;
  • vieillissement prématuré de la peau ;
  • maladies cardiovasculaires ;
  • ostéoporose ;
  • etc.

Pour ce qui est de l’inflammation, elle est favorisée par une consommation trop importante de sel. Les douleurs chroniques peuvent être accompagnées dans les cas les plus graves de maladies auto-immunes ou des cancers de l’estomac. Notez que les personnes âgées sont plus sensibles à une surconsommation de sel qui peut entraîner l’apparition de calculs rénaux notamment. Enfin, il n’en a pas l’air, mais le pain est un aliment relativement salé, n’en abusez pas.

9. L’alcool, une autre boisson inflammatoire à éviter

S’il est recommandé de boire de l’alcool avec modération, c’est pour de nombreuses raisons. Nous pensons tous aux risques liés à la conduite sous l’emprise de l’alcool ou aux maladies liées à un alcoolisme prolongé. Mais les risques ne s’arrêtent pas là. L’alcool, consommé de façon excessive est également un aliment inflammatoire. Par rapport aux autres aliments déjà listés, il a le défaut de provoquer une forte dépendance, plus encore que celle au sucre déjà évoquée. Une consommation occasionnelle peut devenir régulière sans que l’on s’en rende compte. L’inflammation s’installe alors durablement et il devient difficile de lutter contre ces deux maux qui travaillent de concert. Modération et équilibre sont encore plus que pour le reste les maître-mots pour consommer de l’alcool sans qu’il ne devienne néfaste.

10. L’huile de palme met le feu à notre santé et à l’environnement

Les huiles végétales sont généralement bonnes pour notre santé. Privilégiez celles qui contiennent des acides gras polyinsaturés et qui sont riches en omégas 3. Celles-ci permettent notamment de limiter le risque de contracter des maladies cardiaques. Ce constat n’est malheureusement pas vrai pour toutes les huiles végétales. C’est le cas de l’huile de palme qui est riche en acides gras saturés. Consommée trop régulièrement, l’huile de palme peut entraîner une augmentation du cholestérol et une inflammation importante. Si on ne fait pas attention, il est fréquent de consommer des produits qui en contiennent, c’est une des huiles préférées des industriels. Elle est très stable à haute température, elle ne rancit pas et sa couleur orange donne une teinte plus vendeuse aux produits qui en contiennent. Tous ces avantages expliquent que malgré la catastrophe écologique qui se cache derrière le business de l’huile de palme, elle soit la plus utilisée au monde. La déforestation massive en cours dans de nombreuses forêts tropicales et équatoriales a en partie lieu pour permettre la culture des palmiers à huile. Une bonne raison de bannir les produits qui en contiennent de notre alimentation. Il s’agit là d’un enjeu qui dépasse notre propre santé individuelle.

Cette liste de 10 aliments inflammatoires à éviter est loin d’être exhaustive. Elle est cependant révélatrice des grandes catégories d’aliments qui provoquent l’inflammation. Forts de ces connaissances, il ne tient qu’à vous de voir comment adapter votre consommation en conséquence. Faire une croix sur certains aliments peut s’avérer être une mauvaise chose, l’idée est plutôt d’équilibrer son alimentation en écoutant ses besoins et ses douleurs. Vous connaissez maintenant les aliments inflammatoires à éviter pour amorcer le tournant vers une alimentation anti inflammatoire au service de votre bien-être.

En résumé, pour avoir une alimentation saine, essayez de limiter au maximum les aliments pro-inflammatoires. Consommez-les avec modération, sans pour autant les supprimer complètement. Se faire plaisir c’est aussi savoir s’écouter et trouver l’équilibre. Ce sont les excès des catégories d’aliments suivants qui sont problématiques pour votre santé :
·       les produits laitiers ;
·       les produits trop riches en graisses saturées ;
·       les produits frits ou cuits à très haute température ;
·       les produits industriels avec additifs, édulcorants, conservateurs, etc. ;
·       les produits trop gras, trop sucrés, trop salés ;
·       les produits avec nitrites ;
·       les produits riches en gluten ou avec gluten ajouté ;
·       l’alcool.

Dites-mois dans les commentaires quelles alternatives vous avez trouvé à certains de ces aliments et partageons nos idées.

Les derniers articles qui pourraient vous intéresser 🙂 

Le fromage au lait cru : l’option à privilégier pour consommer des produits laitiers ?

Le fromage au lait cru est un aliment incontournable de la gastronomie française. Il possède des qualités nutritionnelles intéressantes, mais en tant que produit cru il est un aliment à part. Des précautions sont à prendre pour en manger et certaines personnes doivent...

L’alimentation, votre principale source d’antioxydants naturels

On entend souvent parler d’alimentation anti inflammatoire, mais également d’aliments antioxydants. En réalité, les deux sont liés et les aliments antioxydants font partie intégrante de l’alimentation anti inflammatoire. Un antioxydant naturel est donc un composé...

Adénomyose et douleur : comment mieux vivre avec elles ?

Adénomyose et douleur sont souvent liées. L’adénomyose utérine est une maladie gynécologique souvent mal connue. Cette pathologie invisible peut être invalidante au quotidien lorsqu’elle est très douloureuse. C'est Flora, rédactrice Web invitée pour l'occasion, qui...

Le régime méditerranéen : entre plaisir, bien-être et convivialité

Le régime méditerranéen n’est pas un régime comme les autres. Il est très permissif et fait la part belle au plaisir. Trop souvent connoté négativement, un régime est en réalité une somme d’habitudes alimentaires partagées par un groupe. Ainsi, le régime méditerranéen...

Les protéines : des nutriments incontournables de notre alimentation

Les protéines sont consommables sous diverses formes. On entend de tout à leur sujet et il est parfois difficile de s’y retrouver. Entre protéines animales ou végétales, complètes ou incomplètes, maigres ou grasses, il y a de quoi s’y perdre. Si certaines sont plus...

Comment bien choisir son extracteur de jus ?

Il existe des dizaines de références d’extracteurs de jus sur le net. Alors comment être sûr de faire le bon choix ? Entre extracteurs, centrifugeuses, blenders ou même mixeurs, difficile de s’y retrouver. Pourtant, tous ces objets ont des usages bien différents....

Les tisanes anti inflammatoires pour vous apaiser durablement

On parle généralement de lutter contre l’inflammation grâce à la nourriture. Mais on oublie souvent de parler des boissons. Elles jouent pourtant un rôle important et sont efficaces pour soulager l’organisme. Faciles à préparer et à consommer, il en existe pour tous...

Intolérance au lactose : une réaction normale de notre organisme

Le lactose est la cause de nombreux cas d’intolérance et de plus en plus de personnes semblent concernées. On pourrait ainsi croire que nous sommes plus intolérants au lactose qu’auparavant. La réalité, c’est que cette intolérance est aujourd’hui mieux diagnostiquée...

Alimentation anti inflammatoire et endométriose : comment soulager les douleurs ?

L’endométriose est une maladie gynécologique qui touche 10% des femmes en âge de pouvoir donner naissance. Au niveau mondial, cela représenterait 190 millions de femmes. Je fais partie de ces femmes et dans mon cas le diagnostic n’a pas été facile à poser. J’ai appris...

La nutrition holistique pour apaiser son corps, son mental et son âme

La nutrition holistique se démarque des régimes alimentaires et autres programmes nutritionnels par son approche plus globale de l’alimentation. Elle met l’humain au cœur de la pratique et ne résonne pas qu’en apports nutritionnels et en calories. Elle prend en compte...

Le nutrivorisme : faire le choix d’une alimentation intelligente

Être nutrivore, c’est croquer la vie à pleines dents, c’est faire le choix d’une alimentation riche en nutriments. Et pour y parvenir, il convient de connaître les bases de la nutrition et de comprendre ce que nous apporte la nourriture que nous mangeons. Dans cet...

Les meilleurs aliments pour soulager les symptômes de l’endométriose

L’endométriose est une maladie qui peut toucher les femmes en âge de procréer. Elle se manifeste par un développement anarchique de l’endomètre, la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus. Cet endomètre se développe en dehors de l’utérus et peut envahir certains...
Madame Shiitake

Et bonjour !

Je m’appelle Laura.

Vous trouverez ici des recettes pour tous les goûts et pour toutes les envies.
La particularité de mes recettes, la plupart sont sans gluten, sans lactose, ou les deux, mais toujours avec beaucoup de gourmandise !

À propos >

CREDITS

© L’ensemble des recettes, textes, photographies de ce site sont ma propriété exclusive (sauf mention contraire explicite).

Tous ces éléments sont protégés par les lois relatives aux droits d’auteurs et à la propriété intellectuelle.

Sans autorisation écrite préalable, il est strictement interdit, de copier, reproduire ou redistribuer, tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit.

Catégories

Archives

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!