La psychonutrition pour changer d’alimentation en douceur

9 Juin 2023

La psychonutrition est une discipline qui s’intĂ©resse Ă  la nutrition et Ă  son impact sur notre santĂ© globale et psychique. Elle traite aussi de la question inverse, Ă  savoir les consĂ©quences de notre Ă©tat Ă©motionnel sur notre façon de manger. Je fais partie de ceux qui sont convaincus que nous ne sommes pas qu’une accumulation d’organes et de tissus qui fonctionnent en autonomie, mais que tout est interconnectĂ©. C’est sur ce postulat que se base la psychonutrition et je vous en parle plus en dĂ©tails dans les paragraphes qui suivent.

La psychonutrition : un retour aux sources

C’est dans les annĂ©es 60 qu’apparaĂźt une nouvelle approche de la nutrition. On commence alors Ă  l’envisager de façon plus systĂ©mique et non plus comme le simple fait de se nourrir. Ainsi, manger ne serait pas simplement l’acte d’ingĂ©rer des calories, pour rĂ©pondre Ă  nos besoins physiologiques. Il s’agirait d’une action influencĂ©e par notre Ă©tat Ă©motionnel du moment et qui Ă  l’inverse aurait un impact sur ce dernier. Une vĂ©ritable rĂ©volution ! Oui, mais non
 Comme pour beaucoup d’autres sujets il s’agit en rĂ©alitĂ© de choses qui Ă©taient acquises et qui Ă©taient de l’ordre du bon sens il y a longtemps de cela. La psychonutrition serait donc plutĂŽt un retour aux sources vers une meilleure comprĂ©hension de nos Ă©motions et de leur impact.

une assiette de salade, concombres, oeufs durs, maĂŻs et carottes
image libre de droits

Quelques constats qui sont à l’origine de la psychonutrition

Si les annĂ©es 60 ont permis l’apparition de la psychonutrition, ce n’est pas sans raisons. Les personnes qui se sont emparĂ©es du sujet se sont basĂ©es sur des constats qu’on peut encore faire aujourd’hui. Preuve qu’il reste encore du travail Ă  faire Ă  ce sujet. Les experts de la nutrition avaient Ă  l’époque constatĂ© que nous ne mangions pas pour les bonnes raisons. Mais comment peut-on manger pour les mauvaises raisons ?

C’est en rĂ©alitĂ© assez simple. Lorsque nous mangeons, pour la plupart d’entre nous, nous ne sommes pas attentifs aux bons signaux. Nous sommes trop concentrĂ©s sur le goĂ»t, l’odeur et la vue. Pour faire simple, on ne s’intĂ©resse qu’au plaisir que procure le fait de manger. En procĂ©dant ainsi, nous avons tendance Ă  trop manger et Ă  favoriser l’apparition de l’obĂ©sitĂ©. Pour se nourrir en conscience et sans abus, il faudrait ĂȘtre attentif Ă  la sensation de satiĂ©tĂ©. C’est elle qui doit dicter Ă  quel moment nous voulons manger ou arrĂȘter de manger. En somme, nous devons rĂ©apprendre Ă  nous nourrir.

La psychonutrition n’est pas un rĂ©gime

S’il est une chose qu’il faut bien comprendre, c’est que la psychonutrition n’est pas un rĂ©gime. Ces derniers s’inscrivent sur un temps court et visent une perte de poids rapide. Ils sont gĂ©nĂ©ralement trĂšs (trop ?) restrictifs et sources de frustration et d’anxiĂ©tĂ©. Mal menĂ©s, ils peuvent mĂȘme ĂȘtre Ă  l’origine de carences. La psychonutrition est une façon plus douce de tansitionner vers une alimentation plus saine. Elle permet de travailler sur son rapport Ă  la nourriture et d’identifier des comportements qui peuvent ĂȘtre Ă  l’origine de troubles de l’alimentation. Elle permet aussi et surtout de comprendre l’origine de ces troubles et de les traiter. La psychonutrition traite la cause et non le symptĂŽme. En ça elle se dĂ©marque des rĂ©gimes.

un gĂąteau en morceaux dans une assiette avec des bougies - psychonutrition
image libre de droits

L’impact de nos Ă©motions sur notre façon de manger

Nous avons tous dĂ©jĂ  expĂ©rimentĂ© le lien Ă©troit qui existe entre mental et nutrition. Le stress peut, par exemple, nous couper l’appĂ©tit, de mĂȘme que la contrariĂ©tĂ©. À l’inverse certains Ă©tats Ă©motionnels peuvent nous donner envie de manger. On dit bien que les personnes enjouĂ©es et dynamiques croquent la vie Ă  pleine dent. Cette expression n’est pas dĂ©nuĂ©e de sens. De mĂȘme, nos Ă©motions impactent notre sphĂšre digestive. Le stress (encore lui) a tendance Ă  accĂ©lĂ©rer notre transit, alors que des personnes trop rigides sont plutĂŽt sujettes Ă  la constipation.

On remarque aussi des comportements compulsifs liĂ©s Ă  la nourriture. Elle est pour certaines personnes un moyen de rĂ©confort Ă©motionnel qui vise Ă  combler un vide. La psychonutrition permettra d’identifier et de traiter la cause de ce vide. Une tendance Ă  s’alimenter en trop grande quantitĂ© peut tĂ©moigner d’un Ă©tat de dĂ©pression plus ou moins avancĂ© ou ĂȘtre annonciateur d’un burn-out. Des signes qu’il ne faut pas ignorer et que la psychonutrition peut vous aider Ă  comprendre.

Des maladies mentales de la nutrition

D’autres maladies bien connues sont le fruit d’un lien Ă©troit entre nutrition et Ă©motions. Elles touchent principalement les femmes et ont tendance Ă  se dĂ©clarer Ă  la pubertĂ© ou quelques annĂ©es aprĂšs :

  • L’anorexie mentale, souvent associĂ©e Ă  des troubles psychologiques, se caractĂ©rise par une privation volontaire de nourriture sur un temps plus ou moins long. Les personnes qui en souffrent sont victimes d’une sous nutrition qui peut mettre leur vie en danger.
  • La boulimie, qui se traduit par une alternance de pĂ©riodes de frĂ©nĂ©sie alimentaire et de pĂ©riodes de compensation (jeĂ»ne, activitĂ© sportive excessive, vomissements provoquĂ©s, etc.).
  • L’orthorexie, qui se caractĂ©rise par l’obsession d’avoir une alimentation saine. Seul ce critĂšre sera pris en compte par la personne orthorexique pour dĂ©terminer ce qu’elle mange.

Si le but de la psychonutrition est d’éviter de tomber dans ces troubles de l’alimentation, elle joue un rĂŽle dĂ©terminant dans la comprĂ©hension de leur maladie par les patients.

une assiette avec un bout de pain et une fourchette - psychonutrition
image libre de droits

Les causes des troubles alimentaires compulsifs

Les maladies Ă©voquĂ©es sont difficiles Ă  traiter. La principale raison est la place que prennent ces pathologies dans la vie des personnes atteintes. Les comportements liĂ©s Ă  la nourriture deviennent centraux, chronophages et prennent la forme de rituels rassurants dont il est difficile de se dĂ©faire. L’idĂ©al est d’ĂȘtre vigilant aux signes avant-coureurs pour traiter le problĂšme au plus tĂŽt. Les causes de ces troubles peuvent ĂȘtre nombreuses :

  • traumatismes infantiles et mauvais traitements ;
  • dĂ©ficit important de confiance en soi ;
  • relations familiales dĂ©gradĂ©es ;
  • dĂ©pression ;
  • perfectionnisme ;
  • alcoolisme ;
  • une peur excessive et irrationnelle (d’ĂȘtre gros dans le cas de l’anorexie mentale) ;
  • une distorsion de ce que sont les critĂšres de beautĂ© ;
  • etc.

Vous l’aurez compris, le champ d’action de la psychonutrition est extrĂȘmement large. Elle permet d’accompagner les personnes qui veulent changer leur alimentation pour manger plus sainement. L’ambition est d’opĂ©rer une transition douce en veillant au bien-ĂȘtre Ă  la fois physique et mental de chacun. Elle permet aussi aux personnes souffrant de troubles compulsifs liĂ©s Ă  l’alimentation de comprendre les causes de leur pathologie pour les aider dans leur dĂ©marche de guĂ©rison. Le sujet de la psychonutrition est passionnant et je crois dur comme fer que nous avons tous intĂ©rĂȘt Ă  questionner notre rapport Ă  la nourriture. Dites-moi en commentaire s’il s’agit d’une discipline que vous dĂ©couvrez et quelle est la nature de la relation que vous entretenez avec la nourriture.

Les derniers articles qui devraient vous plaire 🙂 

Madame Shiitake

Et bonjour !

Je m’appelle Laura.

Vous trouverez ici des recettes pour tous les goûts et pour toutes les envies.
La particularité de mes recettes, la plupart sont sans gluten, sans lactose, ou les deux, mais toujours avec beaucoup de gourmandise !

À propos >

CREDITS

© L’ensemble des recettes, textes, photographies de ce site sont ma propriĂ©tĂ© exclusive (sauf mention contraire explicite).

Tous ces Ă©lĂ©ments sont protĂ©gĂ©s par les lois relatives aux droits d’auteurs et Ă  la propriĂ©tĂ© intellectuelle.

Sans autorisation écrite préalable, il est strictement interdit, de copier, reproduire ou redistribuer, tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit.

Catégories

Archives

6 Commentaires

  1. Marion Tejedor

    Bonjour, merci pour cet article qui rappelle l’importance de l’alimentation en conscience. Je viens de dĂ©couvrir grĂące Ă  ton article le terme/concept d »orthorexie » que je ne connaissais pas… TrĂšs intĂ©ressant ! 😊

    RĂ©ponse
    • Madame Shiitake

      Hello Marion. Oui manger en conscience, sans tomber dans l’obsessionnel est une clĂ© pour garder une relation saine avec la nourriture 🙂

      RĂ©ponse
  2. Soraya Burgo Boufelliga

    Une premiĂšre rĂ©flexion me vient Ă  l’esprit sur ce qui nous pousse Ă  avoir des comportements compulsifs : la peur de manquer de nourriture.

    C’est vraiment que c’est important de prendre conscience du bien manger. Merci pour ton article plein de bon sens

    RĂ©ponse
    • Madame Shiitake

      La peur du manque en gĂ©nĂ©ral (d’argent, d’affection, de nourriture, etc.) a en effet une rĂ©percussion sur nos comportements. La problĂ©matique des TCA (troubles des conduites alimentaires) n’est pas Ă  laisser de cĂŽtĂ©, et on peut se faire accompagner pour dĂ©passer ces troubles 🙂

      RĂ©ponse
  3. NORELLE SARA

    Merci de m’avoir fait dĂ©couvrir la psychonutrition ! Je crois que c’est ce que j’expĂ©rimente sans le savoir avec le fait de manger en conscience de me faire du bien avant tout.

    RĂ©ponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!